Les Joyeux Mineurs


Société de Danses et Farandoles
  • 36ème Festival d’Arts et de Traditions Populaires


    Depuis maintenant plus de trente ans, le groupe « Les Baladins des Deux Eaux » organise son traditionnel « Festival d’Arts et Traditions Populaires ». Chaque année, des groupes de différentes régions de France, parfois même de pays étranger, se retrouvent le week-end de la pentecôte pour créer des moments de festivités, de partages et de convivialités. Tout le week end vous pourrez donc retrouver les Arts et Traditions Populaires de différentes régions.

    Nous avons eu le plaisir d’être invité pour la 36ème édition de ce festival.

    Pour plus d’informations : http://festival-baladins.com/

  • Les Joyeux Mineurs Soirée Annuelle 2018


    Le 14 Avril 2018 Les Joyeux Mineur vous invite a leur Soirée Annuelle qui auras lieu au Salles du Gardon à la Salle Louis Aragon.

     

  • 2009
  • Octobre
  • 24

    Le Siége


    Samedi 24 Octobre 2009

    Un petit coup de « jeune » pour le siége des Joyeux Mineurs.

    Avant :

    Apres :

     

  • 2010
  • Avril
  • 3

    L’affiche publicitaire du centenaire :


    Samedi 3 Avril 2010

  • Mai
  • 1

    Exposition


    Samedi 1er Mai 2010

    Inauguration exposition  » sur les chemein des 100 ans  » à 19h, au musée du mineur retraçant l’historique de la société. Exposition visible du 1er Mai au 30 Aout 2010.

  • 7

    Spectacle


    Vendredi 7 mai 2010

    Spectacle itinérant  » sur le chemin des 100 ans « , au musée du mineur. Création des Joyeux Mineurs. Ce spectacle vise de façon originale à rappeler les moments forts de l’association entraîné, dans la farandole depuis 1911, de génération en géneration,le groupe sait allier à la fois dans le choix des costumes,des musiques et des chorégraphies, tradition et création.

  • 8

    Ouverture exposition  » Regard sur la farandole « 


    Samedi 8 Mai 2010

    Ouverture exposition  » Regard sur la farandole  » de D.Ribes, à partir de 14h, à la salle Marcel Pagnol, avec l’aimable collaboration de l’espoir cévenol pour illustrer par l’art,cette technique de danse. Exposition visible jusqu’au Samedi 15 Mai.

  • 9

    Vernissage exposition  » Regard sur la farandole « 


    Dimanche 9 Mai 2010

    Vernissage exposition  » Regard sur la farandole « , à 11h à la salle Marcel Pagnol, en présence de : – Mr David Ribes (auteur de l’exposition) « Félibre » et Président du Cordon Camarguais, -M.Mialhe Guy, président de l’essor cévenol.

  • 15

    Conférence débat sur la Farandole.


    Samedi 15 Mai 2010

    Conférence débat sur la Farandole de son origine à nos jours, à la salle Marcel Pagnol, à partir de 17h. avec l’intervention de : – M.Yves Guillard, auteur de « Farandoles et danses de caractères dans le Gard » Tome 1 – le bassin minier d’Ales et Membres de l’association pour la recherche Ethnologique en Sarthe. -M.David Ribes, « Félibre » et Président du Cordon Camarguais.

  • 16

    Démonstration de farandoles


    Dimanche 16 Mai 2010

    Démonstration de farandoles, à 14h30 place Jean Jaurés avec des groupes du Gard et de sa région.

  • Juin
  • 19

    Spectacle itinérant  » sur le chemin des 100 ans « 


    Samedi 19 Juin 2010

    Spectacle itinérant  » sur le chemin des 100 ans « , à Branoux les Taillades Création des Joyeux Mineurs.

  • 27

    Journée retrouvaille


    Dimanche 27 Juin 2010

    Journée retrouvaille  » anciens menbres (danseurs et musiciens) des Joyeux Mineurs « . Inscription auprès des Joyeux Mineurs. Rassemblement au musée du mineur à partir de 10h30. Suivi d’un repas Salle Louis Aragon aux Salles du Gardon.

  • Juillet
  • 3

    Spectacle  » Compagnie Maribel  » de Perpignan


    Samedi 3 Juillet 2010

    Spectacle  » Compagnie Maribel  » de Perpignan à 21h, au théàtre de verdure de la Grand’Combe.

  • 4

    Festival Folklorique


    Dimanche 4 Juillet 2010

    Festival Folklorique à 14h30, sur le boulevard Jules Callon à la Grand’Combe. avec la présence de : – La compagnie Maribel de Perpignan – La Capeline de Menton – La Gantierelo de Millau – Les Joyeux Mineurs.

  • 14

    Ballet National de danse


    Mercredi 14 Juillet 2010

    Ballet National de danse avec la participation des Joyeux Mineurs à 21h au théâtre de verdure à la Grand’Combe. Soirée clôturée par un feu d’artifice, offert par la municipalité de la Grand’Combe.

  • Septembre
  • 18

    Spectacle  » sur le chemin des 100 ans « 


    Samedi 18 Septembre 2010

    Spectacle  » sur le chemin des 100 ans  » à la salle Louis Aragon au Salles du Gardon.

  • Octobre
  • 23

    Affachado


    Samedi 23 Octobre 2010

    Affachado et tirage de la tombola du centenaire.

  • 2011
  • Février
  • 25

    Anniversaire


    Vendredi 25 Février 2011

    Anniversaire des Joyeux Mineurs 100 ans égal 100 bougies !!

Charline a ouvert la route en se présentant en janvier 2011 à l’élection de La Payse de France organisée par la Fédération Nationale du Folklore Français à Massy.
Elle est arrivée 4°, au pied du podium après la présentation de notre Société de Farandole, bousculant la traditionnelle parade des costumes folkloriques de nos régions, en allant devant le jury revêtue du costume de farandoleur – l’audace et le courage.
Forte de cette expérience, l’équipe dirigeante et les maitres de danses des Joyeux Mineurs ont décidé de retenter l’aventure.
Janvier 2013, voilà Virginie à nouveau devant le jury, à Massy, mais cette fois ci elle représentait, en plus du groupe, les placières, ces femmes un peu oubliées du monde de la mine.
Revêtue du costume de travail sombre des placières, Virginie et son diaporama sur « ces femmes courage » ont remporté le titre de 1° demoiselle d’honneur, récompensant justement cet hommage à celles un peu oubliées dans l’histoire de la mine, les intégrant dans le patrimoine grand’combien.


COMPTE RENDU DE VIRGINIE MORELLI DE SON ANNEE EN TANT QUE PREMIERE DEMOISELLE D HONNEUR A L’ELECTION DE LA PAYSE DE FRANCE 2013

Depuis au moins 1947, La FNFF membre du Collectif National des groupes d’arts et de traditions populaires organise l’élection de la Payse de France et de ses deux demoiselles d’honneur.
A elles trois, elles sont les ambassadrices du folklore français lors de manifestations locales ou de festival international.

Depuis 2003, les jeunes filles de l’ensemble des fédérations membre du Collectif peuvent soumettre leur candidature. En 10 ans, la Fédération des groupes d’arts et de traditions populaires des provinces du Languedoc a présenté une dizaine de candidates. Les Joyeux Mineurs, se sont lancés dans cette aventure en 2011 avec Charline qui a remporté la 4ème place.

Lors de l’élection (ouverte au public) chacune des candidates doit présenter un diaporama d’une longueur approximative de 10 minutes, portant sur un point de la culture et du patrimoine de sa région. Des questions de culture générale et personnelles leur sont ensuite posées. Les candidates portent un costume traditionnel fidèlement reconstitué de leur région qui sera le même pour toutes les représentations où elles sont invitées si elles sont élues.

L’élection de la Payse de France et de ses demoiselles d’honneur se base sur des critères de prestance, d’élocution, de culture générale…

En 2013, 6 candidates de 6 régions différentes (Bourgogne, Midi-Pyrénées, Languedoc-Roussillon, Rouergue (Aveyron), Martinique, PACA) ont concouru pour obtenir les titres de Payse de France et de demoiselles d’honneur. Virginie MORELLI a accepté d’être la fière ambassadrice des Cévennes et des territoires miniers dans le costume des trieuses de charbon. L’élection nécessitant la présence d’un cavalier, Damien Combes, musicien dans le groupe, a souhaité réitéré l’expérience. Son rôle à constituer à l’accompagner sur scène et à présenter son costume devant l’assemblée. Grâce à son diaporama sur l’hommage au dur labeur des trieuses de charbon Virginie a remporté le titre de 1ère demoiselle d’honneur.

Voici le récit de son expérience.

En septembre 2012, mon groupe m’a proposé d’être candidate à l’élection. Après une courte hésitation j’ai accepté de relever le défi, fière de la eiance que m’attribuait mon groupe.

Suite à cela, le groupe m’a aidé à définir mon thème et ses points saillants : « l’hommage aux placières ». En parallèle, lors des nombreux repas de famille, avec mes grands-parents nous abordions immanquablement leurs anecdotes de mineur et de placière.

L’ensemble de ces remarques et conseils m’ont permis d’affiner mes propos. J’ai présenté un diaporama devant 400 personnes dont je suis entièrement satisfaite puisque j’ai remporté le titre de 1ère demoiselle d’honneur. Ces 15 minutes bien que stressantes m’ont amené à développer mes capacité d’élocution.

Je n’oublie pas le soutien Agnès Layre qui a accepté de présenter mon costume lors d’une journée spéciale, un peu avant l’élection. Nous l’avons coaché avec les joyeux mineurs et elle s’est montrée remarquable dans la description des moindres détails du costume, de son histoire et du contexte auquel il se rattachait.

Quelques petits mots sur l’organisation de cette élection et sur la « gestion » des candidates élues :

Pendant la préparation de l’élection, l’ensemble des candidates a été chaperonné par une membre du comité d’organisation, très aidante et soutenante. Je regrette que ce ne soit pas elle qui se soit occupée des élues tout le reste de l’année. C’est une des seules du comité qui se montre à l’écoute des candidates. D’autres, assez obtus dans leur raisonnement, imposent leurs idées et ne se remettent pas en question.

Certains membres du comité ont émis des critiques sur mon costume, « pas assez coloré », « pas assez tape à l’oil », en d’autres termes pas assez bourgeois pour faire de moi une bonne candidate et ensuite une bonne élue.

Apprentissages

Cette expérience a été pour moi le moyen de continuer à faire partie de mon groupe de danses bien que je ne puisse plus le fréquenter hebdomadairement vu la distance géographique.

Je me suis enrichie sur tous les plans : personnellement, familialement, socialement et culturellement dans toutes les étapes de cette élection.

La préparation du diaporama a été une occasion supplémentaire de connaître mieux mon histoire familiale. J’ai passé de nombreux repas de famille à questionner mes grands-parents tous deux mineur et trieuse de charbon. Beaucoup d’anecdotes ont fusé de ces échanges, il y a eu des rires, quelques larmes versées.mais au final, j’ai découvert à quel point par mes grands-parents j’étais reliée à la ville qui m’a vu naître : travailler dans les mines de charbon fait naître certaines valeurs (solidarité, lutte, fraternité, égalité), une certaine idée du vivre ensemble. Ces valeurs, ils les ont transmises à leurs enfants, devenus ma mère et mes tantes qui à leur tour nous les ont transmises à mes cousins, cousine et sour.. Et j’ose croire que je ne suis pas la seule grand’combienne à partager ses valeurs.

Enfin, j’ai pu partager quelques-uns de ces éléments avec mon groupe, c’est-à-dire transmettre à mon tour une partie de mon histoire, de notre histoire grand’combienne. Nous nous sommes enrichis mutuellement et je crois que j’ai réellement saisi le sens de la transmission du patrimoine et de la construction d’une identité collective : qu’est-ce qui nous attache à un territoire ? que nous apprend-il ? Comment transmettre les richesses culturelles et immatérielles ? Comment les adapter au contexte actuel ?

En fait, bien que n’habitant plus à la grand’combe, je me suis rapprochée d’elle, de ma famille, de mon groupe.

Cet héritage j’ai souhaité le transmettre lors de cette élection avec une pointe de militantisme.

– Militantisme pour la reconnaissance du patrimoine ouvrier

– Militantisme surtout pour la reconnaissance de la place de la femme, dans ce cas présent dans le monde de la mine. Mais c’était également un clin d’oil aux femmes de ma famille (féministes de la première heure) et à l’emploi que j’occupais lors durant cette période, à savoir assistante sociale dans la promotion du droit des femmes.

Aussi, lorsque mon costume a été critiqué à maintes reprises, ce n’est pas que le costume qu’on critiquait mais tout ce qu’il représentait ; tout ce dont je viens de vous parler.

Aussi, je suis fière d’avoir été élue 1ère demoiselle d’honneur de la payse de France, car cela a prouvé que les jurés ont respecté les critères de notation et ne se sont pas arrêtés à la couleur de mon costume.

Je pense que ces critères sont justes et que les modalités de l’élection, présentation d’un diaporama, pertinentes.

Grâce à ce titre, j’ai été invité à diverses manifestations : Banquet pour les 120 ans des Vendéens de Paris, Festival de danse en île de France, banquet des creusois d’île de France, . toutes ces manifestations satisfaisantes en matière gastronomique m’ont fait perdre de vue l’intérêt de l’élection. Nous étions amenés en tant qu’élue à faire de la représentation seulement. Nous avons eu à prononcer quelques mots mais très succincts sur notre costume et notre région ;

Je me suis sentie réellement ambassadrice du folklore français lorsque invitée j’étais également partie prenante de l’évènement :

– Festival de danse au Pontet où j’ai été la marraine de cet évènement : discours, interview, remise de cadeau, rencontre avec des nouveaux groupes.

– AG de la fédération où j’ai eu la chance de pouvoir présenter à nouveau mon diaporama et de partager mon expérience de première demoiselle d’honneur.

Au vu de ces éléments, je pense qu’il faudrait améliorer

– La reconnaissance accordée au patrimoine ouvrier et aux groupes de traditions et d’art populaire non parisiens,

– Le rôle donné aux élues censées être les ambassadrices du folklore français : leur proposer de faire leur propre discours (ou reprendre leur diaporama dans les grandes lignes) lorsqu’elles sont invités, réfléchir à la création d’un événement organisé par les élues elles-mêmes, .

– la considération donnée au cavalier lors de l’élection : réfléchir à une présentation mutuelle du diaporama, prise en charge de ses frais, arrivée en même temps que la candidate (la veille de l’élection).

Pour finir mon propos, je remercie les Fédérations Régionales et Nationales qui ont pris en compte les soucis que j’ai rencontrés auprès du Collectif National des Groupes d’Arts et de Traditions Populaires, mais je remercie encore et surtout toute, mais vraiment toute l’équipe des Joyeux Mineurs qui m’a permis de vivre cette aventure

Maintenant, j’invite les plus jeunes à faire comme Charline et moi, à aller défendre une autre image du folklore, une image, jeune, dynamique et évoluant avec son temps, un folklore vivant.

Le Folklore de demain est la vie de maintenant.